<img width="1" height="1" alt="" src="http://logc406.xiti.com/hit.xiti?s=555478&s2=&p=&di=&an=&ac=" >

Exposition prénatale à des perturbateurs endocriniens chez les Chimpanzés et babouins en Ouganda

La partie nord de l’Ouganda est largement entourée plantations de thés industrielles. Les chimpanzés et les babouins du secteur s’alimentent dans les cultures, notamment le maïs.

25 % des sujets du secteur présentent des anomalies telles que des narines réduites, une fente labiale, des déformations des membres, des problèmes de reproduction et une hypopigmentation.

Les enquêtes réalisées dans les villages et les usines de thé près de Sebitoli ont révélé l'utilisation de huit pesticides (glyphosate, cyperméthrine, profenofos, mancozèbe, métalaxyl, diméthoate, chlorpyrifos et 2,4-D amine).

L'analyse chimique des échantillons prélevés de 2014 à 2016 a montré que les niveaux moyens de pesticides dans les maïs frais, les sols et les sédiments fluviaux à proximité du territoire des chimpanzés dépassent les limites recommandées. Elles se retrouvent aussi dans des échantillons de poissons du lac.

Certains de ces pesticides étant des perturbateurs des hormones thyroïdiennes, les rédacteurs de l’étude postulent que l'utilisation excessive de pesticides dans la région de Sebitoli pourrait contribuer à la dysplasie faciale chez les chimpanzés et les babouins grâce à cette voie endocrinienne.

 

Krief S. Et al., 2017 - lien : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28454037